Interview de Noureddine Belmouhoub, enlevé puis relaché.

Publié le par l'observateur

Enlevé par des éléments de la sécurité militaire non identifiés, en violation flagrante des droits fondamentaux que garantis pourtant la soi disant "Constitution algérienne", Monsieur N. Belmouhoub revient sur ses trois jours aux mains des forces criminelles qui l"ont kidnappé en plein jour. Il y a 15 ans, on aurait retrouvé son corps décapité à coté d'un message signé GIA comme preuve de la "sauvagerie islamiste". Aujourd'hui, si les méthodes essayent d'être moins violentes, elles demeurent toujours aussi indignes et honteuses.



Publié dans Algérie

Commenter cet article