Kadhafi renversé, le CNT libyen vainqueur

Publié le par l'observateur

http://static.skynetblogs.be/media/134447/3831168062.jpghttp://www.senenews.com/wp-content/uploads/2011/05/mouammar-kadhafi.jpg

 

Après cinq mois de bombardement, ce moment inéluctable a bien fini par arriver: Kadhafi est tombé. Ou presque. Enfin bref, il n'est plus maître tout puissant de la Libye. Pourtant, les choses ne semblent pas être aussi simples. En effet, le CNT s'embarrasse déjà dans des annonces contradictoires: tantôt il annonce avoir capturé les fils du dictateur, tantôt il affirme le contraire. Le seul point qui réunit tous les spécialistes, du moins les plus sérieux, est que la situation est encore trop confuse pour tirer des conclusions. Mais prenons quelque peu les devants. Imaginons la suite: quels sont les défis du CNT?

 

Tout d'abord, il faut préciser que le CNT n'est pas le représentant du peuple libyen; il n'est autre que le représentant de ceux qui ont pris les armes contre Kadhafi et ses troupes. Cela implique qu'il ne peut dès le départ prétendre instaurer un État démocratique, car cela signifierait l'accession au statut de représentant légitime. Non. Le Conseil de transition doit d'abord réconcilier les Libyens entre eux. Il doit rapprocher et renforcer les liens inter-ethniques et géographiques mis à l'épreuve depuis le début de la révolution. La tache est grande, mais telle est sa mission s'il veut véritablement gagner en légitimité. Comme son nom l'indique, c'est un conseil qui n'a pour but que de permettre la mise sur pied d'institutions véritables; en somme d'assurer la transition.

 

Le peuple libyen, avec tout le respect qu'il mérite, n'a encore jamais connu la démocratie et on peut se poser la question de sa capacité à comprendre les mesures démocratiques qui peuvent dans certains cas heurter certains reflex tribaux. Cela ne signifie pas que la société libyenne est incapable de connaître la démocratie. Au contraire, elle a été soulevée en partie par les envies démocratiques. Les envies de liberté ne doivent pas être sous-estimées. Le CNT doit ici montrer sa capacité à respecter son engagement et quitter le pouvoir dès la trasition achevée.

 

Enfin, le nouveau pouvoir libyen de transition devra au plus vite établir et rendre transparent ses projets politiques et idéologiques pour le futur Etat libyen. Parce qu'au fond, à quoi bon faire la révolution pour voir l'installation d'une dictature à la solde des Occidentaux, cette fois-ci. Le CNT devra éviter le piège de l'achat d'armement made in UE; alors que jusque là le régime kadhafiste se fournissait au-près des Russes. De plus, les enjeux pétroliers devront être absolument contrôlés par le peuple libyen afin d'éviter un monopole étranger et donc spoliateur. Enfin, les stratégies militaires en méditerrannée devront respecter les intérêts souverain du peuple libyen. Et cela implique le refus de toute base étrangère en terre désormais révolutionnaire.

Publié dans Maghreb

Commenter cet article