l'opposition algérienne 1990-1999

Publié le par l'observateur

On s'est posé, on se pose et on se posera de multiples questions sur l'opposition algérienne. On peut commencer par se poser la question de savoir si une opposition existe-elle réellement? Y a-t-il une opposition en Algérie. A priori oui. Le Front des Forces Socialistes et le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie se présentent comme l'opposition officielle en Algérie. Mais qu'en est-il vraiment? Pour débuter avec le FFS, on dira que sa légitimité remonte aux premiers jours de l'indépendance, dès 1963 avec le soulèvement en Kabylie mené par Ait Ahmed. Suite à l'exil de ce dernier, l'Etat vécu un monopartisme des plus strictes. Avec la période 1988-1990 et la modification constitutionnelle forcée par les émeutes de la faim d'octobre 1988, le RCD a émergé alors que le FFS est sorti de la clandestinité. Ces partis se sont présentés aux élections locales de 1990, pas en tant qu'opposition mais en tant que dirigeants en puissance. Mais la surprise islamiste a quelque peu faussé le jeu politique car personne n'attendait Madani et Belhadj au premier plan. Le FFS et le RCD n'ont connu au cours de ces élections qu'un maigre succès, principalement dans leur fief de Kabylie. A la sortie des législatives, la guerre civile prit l'Algérie à la gorge la saignant à vif. Il y eut bien sur d'autres élections après les législatives de 1991 mais la situation du pays était telle qu'on ne pouvait espérer voir une réelle compétition électorale. Les dirigeants se disputaient le pouvoir par clans interposés à un moment où il fallait sauver les civils des tueries. Aux élections de 1999, où étaient l'opposition? Nulle part. Mais cela peur se comprendre. Abdelaziz Bouteflika représentait aux yeux de beaucoup d'Algériens un espoir de recouvrir la paix civile. D'ailleurs tout fut fait pour placer Bouteflika dans un rôle de sauveur. La concorde civile fut cette décision matérialisant la fin d'une ère, celle de la guerre, et consacrant le début d'une nouvelle ère, celle du retour vers la normalisation flniste. 

Publié dans Algérie

Commenter cet article